Comment dire non… selon les cultures nationales

no-in-every-language1La façon d’exprimer son désaccord peut s’avérer très différente selon les cultures nationales. Les Français ont la réputation de ne pas craindre la confrontation et d’afficher assez clairement leur opposition, en l’argumentant avec beaucoup de véhémence, d’une façon logique et cartésienne. Cette attitude n’est pas partagée par beaucoup d’autres nationalités, ce qui conduit régulièrement à de nombreux malentendus. Passons à la loupe quelques exemples vécus :

John, Britannique (après un silence) : « I almost agree with you ». Really ? Nos amis britanniques ont parfois tendance à minorer leurs propos, surtout dans des situations où il y a des conflits potentiels. C’est ce qu’on appelle l’ « understatement », ou encore le « coded speech ». Leur intention est tout à fait louable : il s’agit pour eux de se montrer polis, de préserver la relation et de bâtir un consensus.

Fabio, Italien (avec les mains qui s’agitent): «Let’s have coffee first, we can discuss later ». En Italie, il est important de bâtir une relation de confiance avant de rentrer dans le vif du sujet. La construction de cette relation passe par des moments informels de partage et de convivialité. Ce n’est qu’après qu’il est possible de bien comprendre les positions des uns et des autres.

Jaruwan, Thaï (souriante) : « It’s challenging, but I will do my best as always». Bon à savoir : il existe en Thaïlande 13 sortes de sourires différents… En Thaïlande comme souvent en Asie, il est difficile de montrer de façon ouverte son désaccord, surtout si la personne a un poste plus élevé ou a un lien hiérarchique. Il faut donc être très attentif aux signaux faibles et faire preuve de pédagogie pour bien expliquer que leur avis nous importe vraiment.

Anneke, Hollandaise (expression neutre) : « I absolutely disagree with what you just said ». Les Hollandais sont réputés pour leur langage très direct et factuel, qui peut être interprété comme une agression par d’autres cultures. Ils ont également tendance à utiliser des mots « amplificateurs » comme absolutely, totally, etc.. qui renforcent le message.

Gustav, Suédois (très calme) : « We agree if all of us agree ». La recherche du consensus est très importante dans le mode de fonctionnement des managers suédois. Le boss n’est pas là pour trancher mais pour amener le groupe à un point de vue commun.

Pas simple, me direz-vous… Nul ne peut prétendre avoir une connaissance fine et exhaustive des 197 pays du monde. Même dans ce cas, cela ne suffirait sans doute pas, car chaque individu est unique, et sa culture est le mélange de multiples influences, pas seulement de sa nationalité. En fait, l’intelligence interculturelle repose sur quelques règles simples :

  • Prendre conscience de nos propres filtres culturels et ne pas chercher à les imposer aux autres.
  • S’intéresser sincèrement à notre interlocuteur, en montrant une écoute bienveillante et en évitant les jugements prématurés et les stéréotypes négatifs
  • Montrer du respect et de l’intérêt pour sa culture pour mieux comprendre son cadre de référence (valeurs, normes, us et coutumes). Pour cela, il existe de nombreuses ressources. Je vous conseille l’excellent« When cultures collide – Leading across cultures » de Richard D. Lewis, qui fait un inventaire complet des impacts des cultures nationales dans les relations professionnelles.
  • Faire preuve de patience et travailler à bâtir une relation de confiance sur le long terme.

A la clé pour ceux qui réussissent à développer cette compétence : des relations très enrichissantes et une coopération beaucoup plus fructueuse !

Pour aller plus loin, nous proposons aux entreprises des ateliers « Lunch and Learn » en format court (2h). L’un des thèmes est le développement de l’intelligence interculturelle. Plus d’informations ICI

 

Publicités

A propos Monique Cumin

J'ai fondé Lasting Success, cabinet international de coaching et de développement de talents. Notre cabinet accompagne les dirigeants et les managers de grands groupes dans leur développement professionnel. Ce blog présente une sélection de ressources et d'outils qui peuvent les aider à être plus performants et plus épanouis dans leur travail.
Cet article, publié dans Bien communiquer, Interculturel, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Comment dire non… selon les cultures nationales

  1. Ping : Comment dire non… selon les cultures nationales | Ressources et outils pour être performant et épanoui au travail | Asean Weaver For Business Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s